• Protection sociale :
    L'Atelier de la République vous invite le 15 mars à la Mutualité

    Lire la suite
  • Méritocratie et emploi -
    La formation professionnelle continue : solution au chômage de masse ?

    Lire la suite
  • Génération Y :

    "Vers de nouveaux modes de management ?"

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

L'Atelier de la République

L'Atelier de la République est un Think Tank indépendant, Humaniste et Progressiste qui place l'Homme au centre de ses réfléxions.

Méritocratie et emploi - La formation continue : solution au chômage de masse ?

emploiConférence coorganisée par
Pensez Libre, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN)
et l'Atelier de la République

Lundi 28 novembre 2016 à 20h30

à l’Hôtel de l’Industrie
4 place Saint-Germain-des-Prés, Paris 6e
 

« L’idée de méritocratie a probablement de nombreuses vertues, mais certainement pas celle de la clarté », écrivait le prix Nobel d’économie Amartya Sen. Bien que l’expression ne fut utilisée pour la première fois qu’en 1958, sous la plume du sociologue britannique Michael Young, Alexis de Tocqueville liait dès le XIXème siècle l’émergence d’une démocratie libérale à une certaine égalité des chances.

 

A notre époque, marquée par la précarité, le chômage de masse et les difficultés d’insertion des jeunes sur le marché du travail, l’idée de méritocratie est encore trop rarement associée aux problématiques de l'emploi. Or, dans son Dictionnaire, le politologue Bertrand Badie définit la méritocratie comme un système organisant la sélection aux emplois à partir d’un contrôle strict des compétences de chacun.

De quelles compétences parle-t-on ?… Malheureusement, l’élitisme républicain ne s’est pas accommodé de la démocratisation de l’enseignement, ce qui a eu une double conséquence :

  • Premièrement, le diplôme détermine bien souvent l’issue d’une carrière entière, laissant peu d’espace au mérite purement professionnel « de terrain »;
  • Deuxièmement, il a entrainé une dévalorisation des filières professionnelles.

Quelles solutions ?

Confrontés aux délocalisations, à l’obsolescence des compétences ou au chômage des jeunes et des séniors, les gouvernements successifs ont davantage privilégié les mesures « de  sauvetage », qui ne répondaient guère au défi fondamental que pose notre siècle : comment l’Etat peut-il garantir l’emploi dans une société libérale ?

Il s’agit de parvenir à articuler, comme le proposait John Rawls, liberté individuelle et solidarité sociale.

En 2014, relevant que les pays alliant des emplois de qualité à une protection sociale efficace et un fort investissement dans le capital humain avaient mieux résisté à la crise de 2008, un rapport de la Commission européenne laissait entrevoir une solution pérenne au chômage : la formation professionnelle tout au long de la vie.

Pour aborder les différentes facettes de cette solution, nous avons convié deux panélistes, qui ont été directement confrontés aux problèmes précédemment évoqués :

Lionel Pinard, Proviseur du lycée polyvalent Galilée, à Gennevilliers, classé site d’excellence en 2008 sur proposition du Recteur de l’Académie de Versailles. C

Aziz Senni, entrepreneur, auteur de L’ascenseur social est en panne, j’ai pris l’escalier, Vice-Président de la commission nationale Dynamique Entrepreneuriale du MEDEF, fondateur de Business Angels des Cités.

Partagez

Portrait

AJAlain Juillet,
Président du Comité d'Orientation de l'Atelier de la République

 

Président du Forum International des Technologies de Sécurité (FITS), ancien capitaine d’Industrie, il fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis en charge de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. Il préside le Comité d’Orientation de l’Atelier de la République assure la Vice-présidence de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale.


 

Newsletter